My song : Believe in life - Eric Clapton - 2001

Publié le par Narcisse

Eric Clapton - Reptile - 2001

Eric Clapton - Reptile - 2001

Cette chanson me ressemble-t-elle vraiment ? Un tel optimisme : "Je crois en la vie" ! Je ne sais pas trop si moi j'y crois : elle réserve de superbes surprises, et aussi de tels coups vachards, de telles injustices…
Bon, il y a des moments où j'y crois, quand je m'arrête (à la fenêtre de ma cuisine ?) et que je ne peux que constater le bonheur (et la chance !) dont j'ai joui jusqu'à présent. En attendant…

Le petit livre rock - Hervé Bourhis

Le petit livre rock - Hervé Bourhis

Par contre, elle me ressemble par d'autres aspects. Eric Clapton, c'est tout de même "God", le dieu de la guitare ! Et comme tout dieu qui se respecte, il est fantasque, changeant. Celui que j'aime, moi, ce n'est pas le dieu du blues rock, mais celui qui sait aussi mitonner de la bonne "soupe" !
Mes premiers souvenirs de ce gars datent de mon année de cinquième : il avait repris "I shot the sheriff" de Bob Marley. Ça tranchait avec ce que ma sœur m'obligeait à écouter tous les soirs : le hit parade sur Europe 1. (On faisait nos devoirs dans la même chambre.) J'avais même essayé de comprendre les paroles, mais un an et demi d'anglais, ça ne suffisait pas !
Et puis je l'ai oublié jusqu'à ma période "Beatles" qui a commencé au lycée. Un été, en revenant du "tabac", paie en poche, je me suis offert "The Concert for Bangladesh" de George Harrison. Il y avait un livret de photos que j'ai dépiauté pour les afficher dans ma chambre, et j'ai donc retrouvé Clapton. (Je n'apprendrais que bien plus tard que la fameuse chanson "Layla" fut composée par lui en déclaration d'amour à la nana de son pote Harrison !)

The Concert for Bangladesh - 1ᵉʳ août 1971

The Concert for Bangladesh - 1ᵉʳ août 1971

A peu près à ce moment-là sont apparues les radios "libres" : musique non stop, elles ont fortement contribué à ma "culture" musicale. J'ai entendu "I can't stand it", ça m'a plu.
Et puis avec Jacques, au Café du port, on choisissait souvent "Cocaïne" dans le juke box. (Quand ce n'était pas "Ainsi soit-il" de Chédid ou "Comme un avion sans ailes" de Couture !) J'ai su plus tard que c'était une reprise de JJ Cale, un autre de ses potes dont j'ai quelques disques chez moi, et avec qui il a fait ("The road to Escondido"). (Et je m'aperçois que je n'ai encore jamais évoqué JJ Cale ici !)

JJ Cale & eric Clapton - The road to Escondido - 2006

JJ Cale & eric Clapton - The road to Escondido - 2006

Une fois entré à l'Ecole Normale, j'étais payé, et je craquais tout en bandes dessinées, disques, ciné… et essence ! Je me suis même abonné à DIAL, un club du disque, genre France Loisirs. J'ai acheté "Another ticket", sur lequel figure "I can't stand it". Et puis rideau pour Clapton pendant… 10 ans ? Il m'a fallu attendre mon inscription à la médiathèque pour retomber sur lui : je me suis fait ma compil' des titres qui me plaisent. Et en 92, j'ai entendu son disque "Unplugged" que je me suis fait offrir illico.

Eric Clapton - Unplugged - 1992

Eric Clapton - Unplugged - 1992

Et enfin ce disque de 2001 qui me plaît presque entièrement. De temps en temps, il sort du tiroir (ou au hasard sur la clé USB de la voiture) : voix de velours, jeu de guitare coulé, presque "facile", mélodie accrocheuse.
Il y a des morceaux qui me rendent la vie belle. Celui-ci en fait partie.

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article