Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

105 résultats pour “Eh dites , Piafs...

Rad'Art 2021

Publié le par Narcisse

Rad'Art 2021

J'avais téléchargé le programme, et ce dimanche matin, je le consulte enfin. A Port-Louis, seul l'atelier de Roger Dimanche m'attire, et à Riantec seulement "les ateliers de la petite mer" : gravure et dessin.
A Locmiquélic par contre, de la photo, du dessin, de la bande dessinée, du collage, et bien sûr Monsieur QQ !
Va donc pour Locmiquélic, on verra après.
Et là, j'en ai fait 10 !

Rad'Art 2021

Atelier 1, Roger Tiphangne.: nous y étions déjà passés l'an dernier. Ses photos de voyages ne m'avaient pas trop impressionné, mal mises en valeur au sol de sa petite véranda. Il présente également des dessins au feutre : lignes, arabesques au trait noir délimitant des zones de couleurs vives, un petit air de Miro, ce qu'il reconnaît. Assez disert, il nous parle musique, voyages, poésie.
Les ateliers 2 et 3 ne nous ont pas vraiment enchantés, passons.

Rad'Art 2021
Rad'Art 2021

Atelier 4, je piaffe (!) d'impatience : les "Wired piafs" de Monsieur QQ que je me suis offert l'an dernier enchantent mon salon. Son atelier - pas terminé l'an dernier - est une caverne d'Ali Baba, et le baba, c'est moi ! Nous retrouvons avec plaisir ses oiseaux, ses bateaux, ses nuages. Et puis d'autres images de la mer : poulpes, scaphandriers, mouettes… un enchantement, toujours ce petit côté Moebius ou plutôt Caza des débuts. Je manque de craquer pour ce poulpe qui me rappelle un peu le style du Nemo de Brüno, mais je reste raisonnable : une esquisse de bateaux, et un carnet de travaux préparatoires sur les Fom (Formes Organo-Mécaniques) me contenteront. Lui aussi d'ailleurs, heureux que je m'intéresse à ce "carnet de brouillons". D'autres sérigraphies me font de l'œil mais mon budget - tout comme la surface de mes murs - est limité.

Rad'Art 2021
Rad'Art 2021
Rad'Art 2021

Nous quittons le quartier de Pen Mané pour nous rapprocher du Port Sainte-Catherine. A "la Persévérante", nous tombons sur Thierry (qui n'expose pas cette fois) en grande conversation avec Mathias Rebuffé. J'avais déjà vu ses bandes dessinées en 2020. Et comme souvent, je déplore le passage à la couleur, surtout quand elle est faite à l'ordinateur.

Rad'Art 2021
Rad'Art 2021

Les peintures de Fabrice Thomas sont assez bluffantes : réalisées comme des collages, mais dont tous les détails - copiés sur des BD et des publicités anciennes -  sont en fait peints sur bois. Un petit côté "Chercher Charlie à message (plutôt anti-mondialiste, ou au moins revendicatif).

Rad'Art 2021
Onde 2 - 2018 - Nathalie Pitel (acier)

Onde 2 - 2018 - Nathalie Pitel (acier)

Les sculptures en acier de Nathalie Pitel sont impressionnantes également, avec un faible de ma part pour ses vagues.

Rad'Art 2021

Catherine Raoulas n'expose pas ici cette année, mais là voilà quand même sur un fourgon garé devant "La Persévérante"…

Yo Weber-Diederichs (Celles sur place étaient encore plus belles...)

Yo Weber-Diederichs (Celles sur place étaient encore plus belles...)

En remontant vers le centre, nous passons devant l'atelier 8 : peinture. Je ne comptais pas m'arrêter mais bon…
La première impression sur le travail de Yo Weber-Diederichs est plus que bonne. Ça ressemble à de la calligraphie, c'est élégant, soigné, fin. On sent le geste, le mouvement. Il nous aborde pour nous expliquer sa technique, sa démarche, inverse en fait de la japonaise qui - il nous l'apprend – est fondée sur la lenteur d'exécution. Il nous raconte comment une Japonaise s'est d'ailleurs intéressée à son travail et l'a invité là-bas pour une exposition et une séance de production "live". Nous discutons un bon moment, je ne regrette pas de m'être arrêté : belle découverte !

Rad'Art 2021

Au "Rade n'rol", les sculptures de Rol (père du patron) sont toujours surprenantes et pleine d'inventivité. Les collages de Mademoiselle De à partir de gravures anciennes me rappellent certaines cases de Philémon. Un bon moment.

Rad'Art 2021

Je ne comptais pas non plus m'arrêter au 12 : plasticien, ça veut tout et rien dire !
Peinture très colorées, style un peu naïf : Ribière travaille aussi pour l'édition jeunesse. Un peu éthéré, le gars nous montre aussi les mosaïques dont il décore ce lieu nouvellement devenu son atelier. Un vrai talent en tout cas dans ce domaine !

Rad'Art 2021

Nous repartons vers l'atelier 6. Les photos argentiques de Serge Devaux sont des instantanés de vie pris dans le sud des Etats Unis près de la frontière mexicaine où il a vécu. J'ai un faible pour cette voiture qui s'éloigne vers… le désert ? Même si les sujets sont variés, les compositions se ressemblent : horizon posé à deux cinquièmes, presque invariablement.

Rad'Art 2021

Nous terminons notre tour par l'Atelier du canon sur le port de Sainte-Catherine où nous avions découvert les travaux de Nathalie Vieilleville en 2020.
Quelques peintures de Balcoa dont celle-ci qui m'évoque (par le décor) les cases de Dupuy et Berberian. Alors je m'offre la carte postale, pour refaire la déco de mes toilettes ! (Et ce n'est pas une offense, vu le temps que j'y passe, comme vous !)

Rad'Art 2021

Allez, il est temps d'aller le prendre, ce café. Au Cargo bien sûr !

Rad'Art 2021

Revigorés et remis de ces émotions, nous décidons de retourner voir l'atelier de Roger Dimanche à Port-Louis.
Tiens, ce gars me dit quelque chose… "Chut!!!" ? Connais pas… Et il m'interpelle par mon prénom ! Damned, un ancien parent d'élève ! D'élèves, même, car je vois débouler Petit-Jean et sa sœur jumelle ! Il était déjà grand petit, mais le voilà qui fait ma taille à 12 ans à peine ! Bon, on discute un peu : j'aime bien son Mickey, ses œuvres inspirées de comics. Un peu moins d'autres.

Rad'Art 2021

Et puis je suis surtout venu pour  Roger Dimanche ! Sa cousine (et veuve du Roger, c'est pas très cool d'écrire ça) vient discuter. Comme elle voit bien que je connais un peu, que je parle BD, pochoirs, elle me parle de Miss.Tic et moi de Jef Aérosol, elle me donne une carte (qu'a priori elle vend). Je n'ose pas demander le prix des œuvres de l'artiste : je sens bien que je n'ai pas les moyens !

Rad'Art 2021
Rad'Art 2021

Journée vraiment riche, nous rentrons avec des images plein la tête.
Et la hâte d'y revenir l'an prochain ! (Pour en voir encore plus ?)

Rad'Art 2021
Locmiquélic - Dimanche 26 septembre 2021

Locmiquélic - Dimanche 26 septembre 2021

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Publié le par Narcisse

street art et graffiti (1/2) : le centre

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Oré est originaire de Caen, c'est donc fort logiquement qu'il a investi sa ville. A quasiment tous les coins de rues, son quetzal marque son passage.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Après sa découverte à Nantes en 2017 puis Athènes en 2019 (et ailleurs depuis), j'avoue que je me lasse un peu de ce jeu de piste.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Alors c'est avec joie que je constate qu'il ne se cantonne plus à sa bestiole. (Nous sommes aussi tombés sur une fresque préhistorique en co-réalisation près de la gare mais ce sera pour dimanche prochain.)
Je n'ai trouvé que quelques "chats pochés" dont deux paraissent déjà anciens qui rasent le bas des murs.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Ils ont également investi le passage du Grand Turc avec toujours les quetzals, mais ils sont en bonne compagnie. (Voir interview d'Oré ici sur Youtube)

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Les petits fantômes de Line Street - lui aussi de Caen, et déjà croisés à Paris et Tours - sont toujours aussi craquants.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Près d'un petit cactus de Thurb, un chouette collage de Tona, un autre en face. Nous en croiserons d'autres en ville, et notamment ce petit garçon espiègle (mais bien mal en point) qu'elle semble avoir pris l'habitude de semer au gré de ses balades, si j'en crois les autres photos vues sur Internet.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Je ne suis pas totalement certain de pouvoir attribuer cette œuvre à  Artiste-ouvrier mais ça ressemble furieusement à son style.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Sur le mur en face, autres quetzals et un masque (?) d'Oré que nous avons aussi aperçu sur des piliers de pont sur la route de Ouistreham.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Là non plus, aucune certitude, d'autant que ce Boris le Piaf ne fait pas ce genre de truc. Un clin d'œil à "Paf le piaf" de Tours ?

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

GZ’UP vu à Lille, Rennes, Paris  : je me lasse un peu, et ceux-là sont sans dote déjà anciens.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Tous les sites sur Caen attribuent ces mosaïques à Invader. J'ai de gros doutes : aucun passage sur Caen signalé sur son site officiel. Ça ne m'empêche pas de trouver cette technique et ces clins d'œil sympathiques.

Autre mosaïste anonyme...

Autre mosaïste anonyme...

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Tiens c'est marrant ça. Mais pourquoi des tulipes ? Je ne chercherai pas les raisons de ce Alu, mais ça change des coquelicots…

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Peu de traces des Playmobils de Fast Freak découvert lui aussi à Tours.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Nous ne verrons que deux exemplaires de cette toujours intrigante petite statuette en terre (Vénus primitive  ?) déjà rencontrée à Rennes et Tours.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

J'avais vu quelques réveils de Wékup à Paris. Bon, l'œil, ça change…

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

La trombine de Gregos, un de mes chouchous depuis Athènes en 2019.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Impossible de trouver quoi que ce soit sur l'auteur et le sens qu'il donne à ses arachnides.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
Oré fait aussi dans le XXL.

Oré fait aussi dans le XXL.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

J'aurais aimé voir plus d'œuvres de Apôtre (comme celles-ci sous un pont de la rue de Vaucelles) : je les trouve très graphiques et esthétiques.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Tiens, voilà un Rimbaud (par Oré) qui me rappelle celui de Mastabilo collé récemment à la Base.

Signature indéchiffrable (Toxic trib…)

Signature indéchiffrable (Toxic trib…)

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Le bousier du passage du Grand-Turc  - Murmure-street

En voilà un qui me plaît bien lui aussi. Bien sûr le collage (comme le pochoir) est moins risqué que la bombe : le temps de pause est court. Mais je suis vraiment fan de ces deux techniques qui permettent de chiader le motif tranquillement dans son atelier avant de le poser.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Impossible aussi de trouver qui a réalisé ce superbe "Alice et le lapin blanc" dans le quartier du Vaugueux. Un autre lapin (rouge, lui) orne la terrasse d'une crêperie dans la rue du même nom.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Je me demande où le journaliste de cet article sur internet a trouvé le nom d'Emar et pourquoi je ne trouve aucune référence à l'auteur de ce petit garçon qui pleure (tablette déchargée) passage Chanoine Cousin.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Près du Comptoir de la rue Saint Sauveur (notre bistrot d'élection, relire chapitre précédent), je lève la tête vers ce chouette collage de Lorann.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Et il revendique aussi sur son site cet autre vu sur une église et en bien piteux état. (Le papier, c'est fragile !)

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Ces deux-là resteront également anonymes (pour moi)…

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Ainsi que Grand Turc (éclaboussé) découvert derrière le passage du même nom.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

La seule grande fresque que nous avons vue au centre a été réalisée rue de Bras par Alëxone Dizac lors du Festival Palma en 2021.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Derrière les Galeries Lafayette, fresque de  2017 par Ygouf Pierre alias Piotre commandée par le Grand magasin. "L’artiste fait un clin d’œil à la pop culture avec un gant blanc, celui de Mickey."

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Shane, passage d'Escoville

On a failli louper le passage d'Escoville dans un renfoncement. Les vandales - ou les jaloux, ou les deux ? - non.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

On retrouve ce genre de "Lego®" dans toutes les villes depuis 2015. Ici au moins, on a laissé les "gribouilleurs" s'en emparer. Parfois pour le meilleur. (J'y reviendrai au prochain épisode.)

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)
C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Une œuvre "officielle" de l'Outsider dans l'enceinte du château…

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

… et une autre rues des Cultures, un peu à l'est du centre. Dommage qu'il y ait peu de recul pour l'admirer dans cette rue étroite.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

A l'est et un peu à l'écart également, cette fresque (aux couleurs un peu ternes) de Lucy McLauchlan au 147 rue Basse.

enseigne pour "la marque normande qui cause des Normands"

enseigne pour "la marque normande qui cause des Normands"

Le catalogue de nos découvertes dans le centre s'arrête là. Au prochain épisodes, nous irons voir un peu plus loin.
J'ai consulté avec profit ce lien sur le street art au centre ville de Caen qui m'a aidé à nommer quelques trouvailles.

C'est Caen qu'on y va ? (2/3)

Sticker du C.I.D.R.E. (Collectif Inclusif De Résistance Ecologique) : le bon cidre "made in Normandie" ?

Le 19 au soir en rentrant à l'hôtel : Ciao  Caen ? Non : il reste un épisode !

Le 19 au soir en rentrant à l'hôtel : Ciao Caen ? Non : il reste un épisode !