Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

14 résultats pour “gregos

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Publié le par Narcisse

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Quelle inventivité ! Oui je sais, je radote, mais pour paraphraser Chef, ne te moque pas des vieux, tu ne sais pas comment tu finiras ! (Bon, lui, c'est avec les riches, mais ça marche aussi avec les vieux.)

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Celui-là nous a ravis. Mais que sont-ils exactement, avec leur grand œil étonné ou scrutateur ? Chacun est-il unique ou bien vont-ils par paires, tels les yeux d'escargots gigantesques tapis sous le bitume ? Le Cyklop fait le tour de son sujet : dégoulinures, fourrures diverses, parures… En tout cas, l'effet (pervers ?) est que tous ceux qu'il n'anime pas paraissent encore plus tristes, inutiles, dans l'attente de son coup de bombe.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Tous ces artistes de rue prennent un risque : celui d'une amende carabinée. Alors le collage est sans doute un moyen de ne pas se faire attraper. L'œuvre est préparée à l'abri des regards et collée rapidement à l'endroit repéré.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

KamLaurene a choisi des personnages qui paraissent sans expression, le regard mort. Je pense aux personnages de Jason, sauf qu'ici il s'agit d'humains, pas de chiens ni d'oiseaux humanisés. Que veulent-ils ? C'est assez troublant.

Jason détourné ici en février... (Low moon)

Jason détourné ici en février... (Low moon)

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

A l'instar de Gregos, Intra Larue utilise les moulages en plâtre. Mais si lui expose son visage, elle, ce sont ses seins. Du moins l'un des deux. J'avoue que je trouve ça assez sensuel. Aussi par le fait qu'elle le pare de couleurs, de motifs. C'est délicat. On s'est pris au jeu de la traque !

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Sur son site, elle explique avoir dû modifier la composition de son matériau pour empêcher les "collectionneurs" de les arracher du support. Ça me semble cohérent : le street art doit continuer à mériter son nom !

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Nous avons croisé peu d'installation de "Ride in Peace", mais elles sont assez remarquables : coller des parties de vélo au mur, il faut être gonflé… et organisé !

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Next et ses petits bonshommes ont également eu nos faveurs. L'idée de faire se rencontrer deux personnages qui par nature en sont dans l'incapacité. Techniques diverses, humour…

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Ça m'a inspiré ce petit montage.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Oui, ce matou de Thoma Vuille est sans doute mondialement connu.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Nous l'avions croisé à Lisbonne en juillet 2010.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Et ce félin a également de nombreux autres aficionados !

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Miss Tic

Miss Tic

Miss.Tic, une pionnière. C'est sûrement la première dont j'ai entendu parler il y a… soyons magnanimes avec elle… et moi !
Un trait élégant, des sentences bien… senties !

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Une nouveauté pour moi, ces messages en canettes. "Can", le pouvoir ? Celui des mots en tout cas.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

 Il suffisait d'y penser. Une pratique apparemment assez répandue dans le monde. Quant à nommer un·e auteur·e… Je n'ai pas trouvé. Si vous avez un tuyau…

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Après toutes ces découvertes (pour moi), je me suis réjoui au retour chez moi des trouvailles de la commission de nomenclature : c'est un festival !

Vocabulaire de la culture
liste du 19-4-2018 - J.O. du 19-4-2018

art du ruban : forme d'art urbain qui consiste à réaliser des œuvres, des installations ou des performances avec du ruban.
équivalent étranger : tape art.

collagiste : artiste pratiquant le collage.
équivalent étranger : collagist.

dégraffitage : action d'effacer ou de recouvrir des graffitis ou d'autres types d'inscription murale sans dégrader leur support.
note : le dégraffitage relève soit d'une opération de nettoyage, soit d'une démarche artistique.
équivalent étranger : buffing.

gâcheur, -euse : graffeur qui est inexpérimenté ou qui se montre malveillant à l'égard de ses pairs, par exemple en recouvrant un graffiti existant.
équivalent étranger : toy.

sgraffite : pratique qui consiste à creuser, à gratter ou à inciser une surface afin de créer un graffiti ; par extension, graffiti ainsi obtenu.
Note : On trouve aussi le terme « sgraffiti » (pluriel : sgraffitis).
équivalent étranger : scratching.

tricot urbain : forme d'art urbain qui consiste à habiller de pièces tricotées ou crochetées des éléments du mobilier ou du paysage urbains.
équivalent étranger : urban knitting, yarn bombing.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

A vous de raccrocher chaque terme à un de ces auteurs - et d'autres petits nouveaux - dont j'espère revoir un jour les œuvres à Paris ou ailleurs !

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Et pour aller encore plus loin…

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Publié le par Eu e o Narcisse

Jeudi 23 juillet 2020 - Montmartre (18ème)
(relire l'épisode précedent ici)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Les photos ne sont pas présentées dans l'ordre où nous les avons faites mais plus ou moins regroupées par "famille".
Il est de toute façon bon de se perdre dans le quartier, sans s'essayer à l'exhaustivité ou en suivant un parcours préétabli : on n'est pas là pour préparer un bouquin, non plus !
Et puis Montmartre, tout le monde connaît non ?
Commençons donc par les lieux incontournables pour tout touriste qui se respecte.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

En admettant qu'on commence par en haut, la place du Tertre est un bon endroit pour se faire tirer le portrait. C'est ce qu'ont dû penser les street artists : autant être vu !
Un Invader, un De Gaule de Mister P., un Barbanar, une croix de Monsieur Plus, une pieuvre de GZUP, un sein d'Intra Larue

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Rue du Calvaire, en haut des escaliers qui redescendent vers le sud, on retrouve un peu les mêmes, et ce petit nouveau (pour nous) depuis ce matin (relire "les Batignolles") : Bastek aux côtés de Mister P. et Intra Larue (entre autres).

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Flûte ! Tout occupé à regarder cet Invader et les vides créés par l'arrachage de ce qui pouvait être un sein de Intra Larue et une croix de Monsieur Plus, je n'avais pas remarqué le petit tricot en-dessous. A part "… just give", je n'arrive pas à déchiffrer le message. Et donc impossible de savoir qui l'a réalisé et collé.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Intra Larue c'est une de mes préférées depuis 2018.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Scarabée égyptien bien tenté par Intra Larue.

Scarabée égyptien bien tenté par Intra Larue.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Je retrouve avec bonheur celui-ci découvert en 2018. Je ne résiste pas au plaisir de le prendre une nouvelle fois en photo.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

J'ai également un faible pour les collages papier, même si ils sont bien plus éphémères que le plâtre.
Si le précédent n'est pas signé, le suivant est d'une certaine Juliette B'art.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Ce qui me gêne avec les réalisations de Monsieur Plus, c'est leur forme de croix. (Qu'est-ce que je peux être intolérant, souvent !) Signe d'un catholique fervent ou plutôt installations au croisement de nos vies ?
A ses empilements de petits cubes (cristaux de pierres ?), je préfère ses peintures de rues.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Encore un meeting passage des Abesses : Monsieur Plus, un colibri anonyme, un "Ride in peace" à l'état de souvenir...
Et un "In Love" !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

In Love dont j'apprécie le noir et rouge sobre et l'élégance graphique, ainsi que les messages toujours optimistes (ça me change !)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Et la façon dont l'artiste sait se servir magnifiquement de son environnement m'épate autant que ces petites bestioles aux airs de Darksnoopy

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Les visages de Gregos, souvent croisés ici et ailleurs, à la fois semblables et toujours renouvelés, sont souvent à la pointe de l'actualité.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Second scarabée tout aussi anonyme (pour moi)

Second scarabée tout aussi anonyme (pour moi)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Oak Oak, je vous ai déjà parlé d'un bouquin de lui sur lequel j'avais flashé. Nous ne verrons cette fois rien de plus que ce triste vestige.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Petite carotte discrète sur un vestige de boîte aux lettres collée sur le mur du cimetière Montmartre.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

"Le petit moulin" resto accueillant des piafs divers et variés.

Certains ont vue sur la mer, d'autres pas

Certains ont vue sur la mer, d'autres pas

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Invader s'est quant à lui fait discret dans ce quartier en tout cas.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Tout comme Monsieur Chat de Thomas Vuille

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

… et Miss.Tic, que nous retrouverons le lendemain à la Butte aux Caille ! (Mais ça, ce ne doit pas être d'elle : elle signe toujours et ajoute une phrase de son cru.)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Après le chat de Thomas Vuille, nous découvrons un chat plus discret et bien planqué. On en avait déjà vu un ici en 2018. J'apprends dans le bouquin "Paris street art - saison 2" qu'ils sont installés par Billboards Hacker.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Après cet autre chat bien vivant, lui, il est temps de faire une pause. "L'été en pente douce" nous tend les bras au pied du Sacré-Cœur. Est-ce un hommage à Pauline Laffont, l'année de naissance du patron (1987) ou bien un coïncidence ? En tout cas, il est le bienvenu, le Botak Café, bistrot fréquenté par Crispim quand il habitait le 18ème paraît, lui définitivement fermé.
 

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Avec "L" mais plus vraiment dans le vent !

Avec "L" mais plus vraiment dans le vent !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Nous descendons ensuite jusqu'au bas de la butte.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Derrière les Halles Saint Pierre, un pigeon signé Avok.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Superbe collage d'Iléa sur le mur latéral

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Tiens, encore un petit équilibriste… Nous allons en croiser des dizaines sans que je parvienne à trouver quel acrobate a bien pu les coller !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Un Clet un peu mal en point…

Un Clet un peu mal en point…

… et une voiture de police en difficulté !

… et une voiture de police en difficulté !

L'optimisme règne…

L'optimisme règne…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Mais il est temps de parler de ce petit nouveau (pour nous) : Niyaz Nadjafov. Ce n'est pas que nous adorions ce qu'il fait, mais ses tableaux ont un petit côté romantique. Et il doit être vraiment amoureux car il fleurit tout Paris.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Encore un qui n'a rien compris au masque…

Encore un qui n'a rien compris au masque…

Petit clin d'œil à mon grognon favori

Petit clin d'œil à mon grognon favori

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Portrait de Blase, un gars dont nous avions déjà vu un des tableaux à Bruxelles en 2019.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Superbe Chet Baker par Singular Vintage

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Tout d'abord, j'ai été super fier de les avoir vus, ces six-là. Mais qui les a collés là ?
Et puis j'ai commencé à pleurer sur tout ce qui a dû échapper à mon regard !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Un dernier collage pour aujourd'hui, réalisé cette fois par le duo Tito/Mulk.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Vers 19h30, nous rentrons chez Crispim : bière et casse-croûte dans le jardin.
A peine couchée, elle ressent des douleurs similaires à ce qu'elle avait vécu à Nantes en 2017. On se voit déjà rentrer promptement comme cette fois-là. Et puis ça passe tout seul dans la nuit. Ouf ! Nous pourrons continuer demain !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>