Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

10 résultats pour “miss.tic

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Publié le par Narcisse

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Quelle inventivité ! Oui je sais, je radote, mais pour paraphraser Chef, ne te moque pas des vieux, tu ne sais pas comment tu finiras ! (Bon, lui, c'est avec les riches, mais ça marche aussi avec les vieux.)

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Celui-là nous a ravis. Mais que sont-ils exactement, avec leur grand œil étonné ou scrutateur ? Chacun est-il unique ou bien vont-ils par paires, tels les yeux d'escargots gigantesques tapis sous le bitume ? Le Cyklop fait le tour de son sujet : dégoulinures, fourrures diverses, parures… En tout cas, l'effet (pervers ?) est que tous ceux qu'il n'anime pas paraissent encore plus tristes, inutiles, dans l'attente de son coup de bombe.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Tous ces artistes de rue prennent un risque : celui d'une amende carabinée. Alors le collage est sans doute un moyen de ne pas se faire attraper. L'œuvre est préparée à l'abri des regards et collée rapidement à l'endroit repéré.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

KamLaurene a choisi des personnages qui paraissent sans expression, le regard mort. Je pense aux personnages de Jason, sauf qu'ici il s'agit d'humains, pas de chiens ni d'oiseaux humanisés. Que veulent-ils ? C'est assez troublant.

Jason détourné ici en février... (Low moon)

Jason détourné ici en février... (Low moon)

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

A l'instar de Gregos, Intra Larue utilise les moulages en plâtre. Mais si lui expose son visage, elle, ce sont ses seins. Du moins l'un des deux. J'avoue que je trouve ça assez sensuel. Aussi par le fait qu'elle le pare de couleurs, de motifs. C'est délicat. On s'est pris au jeu de la traque !

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Sur son site, elle explique avoir dû modifier la composition de son matériau pour empêcher les "collectionneurs" de les arracher du support. Ça me semble cohérent : le street art doit continuer à mériter son nom !

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Nous avons croisé peu d'installation de "Ride in Peace", mais elles sont assez remarquables : coller des parties de vélo au mur, il faut être gonflé… et organisé !

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Next et ses petits bonshommes ont également eu nos faveurs. L'idée de faire se rencontrer deux personnages qui par nature en sont dans l'incapacité. Techniques diverses, humour…

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Ça m'a inspiré ce petit montage.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Oui, ce matou de Thoma Vuille est sans doute mondialement connu.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Nous l'avions croisé à Lisbonne en juillet 2010.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Et ce félin a également de nombreux autres aficionados !

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Miss Tic

Miss Tic

Miss.Tic, une pionnière. C'est sûrement la première dont j'ai entendu parler il y a… soyons magnanimes avec elle… et moi !
Un trait élégant, des sentences bien… senties !

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Une nouveauté pour moi, ces messages en canettes. "Can", le pouvoir ? Celui des mots en tout cas.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

 Il suffisait d'y penser. Une pratique apparemment assez répandue dans le monde. Quant à nommer un·e auteur·e… Je n'ai pas trouvé. Si vous avez un tuyau…

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus
Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Après toutes ces découvertes (pour moi), je me suis réjoui au retour chez moi des trouvailles de la commission de nomenclature : c'est un festival !

Vocabulaire de la culture
liste du 19-4-2018 - J.O. du 19-4-2018

art du ruban : forme d'art urbain qui consiste à réaliser des œuvres, des installations ou des performances avec du ruban.
équivalent étranger : tape art.

collagiste : artiste pratiquant le collage.
équivalent étranger : collagist.

dégraffitage : action d'effacer ou de recouvrir des graffitis ou d'autres types d'inscription murale sans dégrader leur support.
note : le dégraffitage relève soit d'une opération de nettoyage, soit d'une démarche artistique.
équivalent étranger : buffing.

gâcheur, -euse : graffeur qui est inexpérimenté ou qui se montre malveillant à l'égard de ses pairs, par exemple en recouvrant un graffiti existant.
équivalent étranger : toy.

sgraffite : pratique qui consiste à creuser, à gratter ou à inciser une surface afin de créer un graffiti ; par extension, graffiti ainsi obtenu.
Note : On trouve aussi le terme « sgraffiti » (pluriel : sgraffitis).
équivalent étranger : scratching.

tricot urbain : forme d'art urbain qui consiste à habiller de pièces tricotées ou crochetées des éléments du mobilier ou du paysage urbains.
équivalent étranger : urban knitting, yarn bombing.

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

A vous de raccrocher chaque terme à un de ces auteurs - et d'autres petits nouveaux - dont j'espère revoir un jour les œuvres à Paris ou ailleurs !

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Et pour aller encore plus loin…

Paris, mais… (6) : street art, toujours plus

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Publié le par Eu e o Narcisse

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Vendredi 24 juillet 2020 - vers le quartier du Marais
(relire tout ici)

Ça me dit quelque chose, mais…

Ça me dit quelque chose, mais…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Du quartier de la Butte aux Cailles, nous remontons sans nous presser vers le "centre" de Paris, en suivant le boulevard Auguste Blanqui et la ligne de métro aérien N°6.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Ici, c'est Kraken (déjà vu ce matin-là dans le treizième et il y a 2 ans près du canal Saint Martin) qui s'est invité sur de nombreux immeubles. J'apprécie la technique et l'enchevêtrement des tentacules, mais à la fin, c'est tout de même un peu répétitif…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Nous bifurquons vers les jardins du Luxembourg. Paris est étonnamment quasi désert. Nous descendons vers Saint Michel. Tiens, des nounours géants qui tournent au diabolo ! C'est rigolo, elle m'en avait montré sur internet. Bon, là, en plus du clin d'œil, ils servent aussi à faire respecter les distances entre clients…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Nous traversons la Seine et contournons les palissades qui encerclent Notre Dame en travaux.
Bon, l'Île de La Cité, on l'a déjà vue dans de meilleurs conditions… Quoique.
Ici non plus, pas un chat. Ça fait quand même bizarre !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Nous arrivons dans le quartier du Marais (4ème arrondissement) : elle veut revoir quelques boutiques.
On revoit surtout des "gribouillis" plus ou moins inspirés dans toutes les rues.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Invader, très présent dans le quartier, et ce drôle de bonhomme un peu tristounet, toujours anonyme pour moi, et comme dessiné à la craie sur une ardoise.

GZUP et A2street art

GZUP et A2street art

Tiens, encore le petit acrobate de Montmartre…

Tiens, encore le petit acrobate de Montmartre…

Belle mosaïque sur un immeuble moche…

Belle mosaïque sur un immeuble moche…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Un cendrier improvisé près d'une boutique. Et un chaton de Billboards Hacker.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Déception : ces pochoirs sont des pubs pour une chanteuse à la noix ! (Je vous épargne le lien, vous n'avez qu'à y aller voir vous-mêmes !)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)
un petit Clet pour la route…

un petit Clet pour la route…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

La seule sculpture de Pixal Parazit que nous rencontrerons.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)
un peu bredouilles aussi sur la chasse au yarn bombing…

un peu bredouilles aussi sur la chasse au yarn bombing…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Rue des rosiers, un collage (plâtre ?) à la signature illisible. Nous en avons déjà vu un rue Durantin à Montmartre hier, mais je n'ai pas noté le nom… Ça m'évoque un peu les faïences de Picasso.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Ah, deux petites nouvelles pour nous : Maribalti.art et La Dactylo. Sont-elles associées volontairement ? Les textes de la deuxième me font un peu penser aux jeux de mots de Miss.Tic.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Tiens, Oré et son quetzalcoatl !
Et aussi une Schtroumpfette (en perles moches ? Relire quelque part )

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Au Voltigeur, les ours sont fatigués, et moi je trouve le quartier un peu lassant.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)
Non, ce n'est pas du Duchamp !

Non, ce n'est pas du Duchamp !

Les K7 vidéos se recyclent aussi ?!

Les K7 vidéos se recyclent aussi ?!

Chat !

Chat !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Nous découvrons un superbe portrait de Couperin. Elle avait repéré sur Internet un parcours de portraits réalisés par C215 (une commande quoi.). Mais on commence à saturer vraiment de ce quartier alors tant pis pour les autres ! La matinée à la Butte aux Cailles est déjà loin, mais fut ô combien plus intéressante !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Nous nous dirigeons vers la station de RER. Tiens, encore un Kraken ! Ah ben non en fait : c'est un combat (amical) entre Kraken et un certain Fooz.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

Retour vers 17h30 pour un œil aux photos, et resto à quatre.
Il leur a été vanté par des copains… mais on n'est pas obligé d'être toujours d'accord avec ses copains !
Bon, déco pas terrible mais ça nous est arrivé plus d'une fois, ça ne nous arrête pas.
Ah ! Il y a une batterie… De la musique est prévue ?
Effectivement, un petit quart d'heure plus tard, trois musicos viennent faire la balance. Ce n'est pas que ce soit inaudible (!), mais nous, on ne s'entend plus !
Le menu nous convient mais le vin arrache un peu trop… On passera donc sous silence cette adresse : pas là pour "délater" !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (5)

<< < 1 2 3 4 5 > >>