Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

bande dessinee & illustration

Jason

Publié le par Narcisse

Le Dernier Mousquetaire

Le Dernier Mousquetaire

Je suis tombé dessus à la médiathèque, un jour de la lettre "J".
J'ai tout de suite aimé le graphisme. C'est hyper clean, très "ligne claire", je trouve.
Les décors sont assez minimalistes mais ça me plaît. Quant aux personnages, je les trouve paradoxalement très expressifs. Chiens ou oiseaux, ils ont le regard vide : deux orbites blanches sans pupilles. On peut leur prêter toutes sortes d'émotions rentrées. Rien ne semble imposer le choix de telle ou telle.

Jason

Dans les albums que j'ai lus, les cases sont souvent de même format, alignées en "gaufrier". J'apprécie autant les planches en noir et blanc que celles en couleur (très soignées), et j'ai un faible pour les histoires muettes.
Mais muettes ou non, elles ont presque toujours un côté fantastique, dérangeant, qui tranche avec l'apparente simplicité des images. Parfois très "parlantes", elles laissent le plus souvent la part belle à l'interprétation du lecteur.
Et si les personnages se ressemblent beaucoup entre eux, cela m'aide aussi à m'identifier à eux. Et aux situations, jusqu'à ce qu'elles basculent, parfois jusqu'à l'absurde.

Mauvais chemin

Mauvais chemin

Les thèmes abordés sont assez sombres : amours déçues, fatalité, coup du sort, vengeance…
Le rythme est lent, les fins d'histoires restent ouvertes dans la majorité des cas, qu'elles soient contemporaines ou d'époque plus indéterminée.
L'humour en est quasiment absent, les visages sont graves, distants, et pourtant tout fonctionne (sur moi en tout cas).

J'ai tué Adolf Hitler

J'ai tué Adolf Hitler

Enfin, un coup de cœur pour les "romans graphiques" publiés aux Editions Carabas : le format et l'épaisseur des livres, le dos toilé, la qualité du papier sous couverture cartonnée très rigide en font des objets très agréables en main, et ça compte aussi !
Ce qui est moins le cas des albums "48CC" (Le "48 pages-cartonné-couleurs" cher à J.C. Menu !), mais sans doute plus "faciles", commercialement parlant.

Jason
Jason

Attends, Atrabile, 2000
Chhht !, Atrabile, 2002
Dis-moi quelque chose, Atrabile, 2002
Le Char de fer, Atrabile, 2003
Mauvais chemin, Atrabile, 2004
Je vais te montrer quelque chose, Éditions Carabas, 2004 (couleur : Hubert)
Hemingway, Éditions Carabas, 2005 (couleur : Hubert)
Des morts et des vivants, Atrabile, 2006
J'ai tué Adolf Hitler, Éditions Carabas, 2006 (couleur : Hubert)
Le Secret de la Momie, Atrabile, 2007
Le Dernier Mousquetaire, Éditions Carabas, 2007 (couleur : Hubert)
Low Moon et autres histoires, Éditions Carabas, 2008 (couleur : Hubert)
Les Loups-garous de Montpellier, Éditions Carabas, 2009 (couleur : Hubert)
Les poches pleines de pluie et autres histoires, Éditions Carabas, 2009
L'île aux cent mille morts, Glénat, 2011 (scénario : Fabien Vehlmann, couleur : Hubert)
Athos en Amérique, Éditions Carabas, 2011 (couleur : Hubert)
Le Détective triste, Éditions Carabas, 2013
Le Perroquet de Frida Kahlo, Éditions Carabas, 2015 (couleur : Hubert)
Un Norvégien vers Compostelle, Delcourt, collection Shampooing, 2017

Je vais te montrer quelque chose

Je vais te montrer quelque chose

Vater und Sohn - e.o.plauen

Publié le par Narcisse

Vater und Sohn - e.o.plauen

Je ne sais plus quand je l'ai lu pour la première fois. Etait-ce dans une histoire de la bande dessinée ? Ou alors à l'expo "Cent pour cent" à Angoulême en 2010 ? En tout cas, j'ai été ravi de dégotter un petit bouquin dans un vide grenier (0,10 € !). Puis un autre à la vente annuelle de "ma" médiathèque il y a deux ans.

Catalogue de l'exposition "Cent pour cent"  - e.o.plauen (1935) vs Pascal Rabaté (2008)

Catalogue de l'exposition "Cent pour cent" - e.o.plauen (1935) vs Pascal Rabaté (2008)

Je ne sais pas trop dire ce que j'aime. Sans doute les situations, et la – fausse ? – naïveté du dessin. La simplicité qui s'en dégage : historiettes hors du temps – ou de tous les temps -, désuètes parfois, un retour à l'enfance. Et puis une BD muette a tout pour plaire à un bavard comme moi !

Der verlorene Sohn

Der verlorene Sohn

En avril de cette année, je tombe dans DBD sur l'article où j'apprends qu'on en fait une reprise, ou une suite. BDGest' est conquis, et L'Avis des bulles – dont la médiathèque a malheureusement interrompu l'abonnement – est dithyrambique.

Père et Fils - Marc Lizano & Ulf K.

Père et Fils - Marc Lizano & Ulf K.

"Le prolifique Marc Lizano nous propose en ce début d’année une reprise de Vater und Sohn d’e.o.plauen. Ce Père et Fils le consacre définitivement comme un grand auteur."
DBD N°112 - avril 2017

e.o.plauen par Marc Lizano

e.o.plauen par Marc Lizano

Je suis sceptique. Pourquoi cette reprise ? L'auteur se justifie en affirmant que Vater und Sohn est une "boîte de jeu" sans fin. Et alors ? Bon, c'est peut-être aussi bien – voire mieux, plus moderne – que l'original. mais ne pouvait-il pas inventer d'autres personnages ? L'excuse de "faire redécouvrir" cet auteur oublié me paraît un peu foireuse. Mon mauvais esprit est toujours à l'œuvre...

Critique BDGest'  - 7 mars 2017

Critique BDGest' - 7 mars 2017

L'avis des bulles N°203 - mars 2017

L'avis des bulles N°203 - mars 2017

Toute cette mode des hommages, des suites, des reprises m'agace autant qu'en musique. N'y a-t-il plus rien à inventer ?
Et j'ai du mal à ne pas voir derrière un côté bassement commercial.

Vater und Sohn - e.o.plauen

Pour en savoir plus :

Statue de Vater und Sohn à Plauen (Allemagne)

Statue de Vater und Sohn à Plauen (Allemagne)