Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

les annees passent

Cette année-là #27 : 1988

Publié le par Narcisse

Cette année-là #27 : 1988
Le bleu est une couleur chaude - Julie Maroh

Le bleu est une couleur chaude - Julie Maroh

Tiens, encore une année mémorable !
Je suis titulaire d'une classe de CP qui me demande pas mal de boulot et je vais vivre comme un moine de septembre 1987 à juin 1988. Il faut dire qu'on est pas encore à l'époque de la photocopieuse-reine (et l'ordinateur n'est même pas un possible envisageable) alors j'ai beaucoup de choses à faire à la main. Assez souvent aussi j'utilise la repro à alcool qu'on appelle encore faussement "stencil". Et quand ton carbone original se plie en deux dans le rouleau, tu n'as plus qu'à recommencer ! Ceci dit, l'odeur de l'encre violette n'est pas désagréable et j'en connais d'autres qui s'en souviennent au même titre que la colle Cléopâtre (parfumée à l'amande) de notre enfance.

St Igneuc - Mai 1988 : "When I'm 64" !

St Igneuc - Mai 1988 : "When I'm 64" !

En mai, Béa nous décroche notre premier concert, et Band à Part se produit donc dans un bar des Côtes d'Armor sous les regards mi-amusés, mi-indifférents des consommateurs. Après une autre prestation du même type près de Vannes, nous aurons notre heure de gloire (et même trois heures !)  le 21 juin sur le port de Vannes. La fête de la musique appartient encore aux amateurs et nous ne sommes pas nombreux à nous y produire "cette année-là". Des Beatles à Brassens en passant par Beau Dommage ou Higelin et Simon & Garfunkel, notre répertoire est éclectique mais a l'heurt de plaire au public,qui n'avait donc pas vraiment le choix.

Cette année-là #27 : 1988

En juillet, je rempile pour un camp d'ados en Grèce. Un soir à Parga, notre équipe d'animateurs - un peu alcoolisée – a bien failli finir au poste de police après avoir massacré "The girl from Ipanema" sur la plage ! (Morceau que j'avais passé des semaines à apprendre à la guitare, accord par accord et même note par note !)
En août, j'obtiens un logement de fonction dans l'école. En septembre, je retrouve avec  bonheur mes "Moyens" d'il y a deux ans, mes vrais premiers élèves dans la durée.

Cette année-là #27 : 1988

Le lama blanc - Alejandro Jodorowsky & Georges Bess
Le voyage en Italie - Cosey
120, rue de la Gare Relié - Jacques Tardi & Léo Malet

Avec B.A.P., nous décidons de répéter plus régulièrement et sérieusement, en nous concentrant sur nos propres morceaux… enfin, ceux de MAD surtout !
La fin d'année va être très animée entre le boulot, le volley et une (grosse) fête tous les 15 jours, sur l'île de Berder (grâce à la "grande" Sophie !), chez Béa ou ailleurs.

Cette année-là #27 : 1988

Rain man - Barry Levinson
Un poisson nommé Wanda - Charles Crichton
Qui veut la peau de Roger Rabbit ? - Robert Zemeckis

Cette année-là #27 : 1988

Pierre Desproges (1939-1988) par Gotlib
François Mitterrand réélu
Mikhail Gorbatchev & George Bush par Duncan Macpherson

Mecano, c'était la première fois qu'un groupe espagnol passait chez nous depuis le fameux "Porque te vas" de Jeanette en 1974 ! J'ai trouvé ça très sympa, je l'écoute encore, mais le son a parfois vieilli sur certains titres. Les plus connus : "Hijo de la luna" et celui-ci, avec un thème assez précurseur à cette époque. Et le succès du groupe en France a fait qu'il en existe une version française qui à mon avis n'arrive pas à la cheville de la sensualité de la version espagnole.

Cette année-là #27 : 1988

Cette année-là #26 : 1987

Publié le par Narcisse

Cette année-là #26 : 1987
Rubrique-à-brac - Gotlib

Rubrique-à-brac - Gotlib

Donc me voilà en poste à Josselin. La maternelle, j'y ai déjà goûté un peu, mais là c'est une révélation. Je m'achète mon premier appareil photo et je mitraille les élèves. Je garde à jamais le souvenir de ces bambins - qui ont aujourd'hui 40 ans ! -, mes premiers "vrais" élèves ! Parmi les trois collègues, je noue essentiellement des liens avec l'une d'entre elles qui a dix ans de plus que moi et aussi celle que je remplace et dont j'ai le deuxième garçon en classe. Toutes deux me seront d'une grande aide dans l'apprentissage de mon métier.
J'apprends par une ATSEM de l'école que son fils fait partie d'un tout nouveau club de volley, je m'y présente donc un vendredi soir. Nous serons assez vite une douzaine (de gars !) et nous nous engageons dans le championnat. Vu ma taille, je prends assez vite le poste de "passeur" et un grand plaisir à servir correctement mes partenaires plus grands !
Les copains de Porcaro se marient en avril, et après un essai infructueux de repassage de chemise - j'avais emprunté le fer à ma mère -, je prends la décision de ne jamais acheter d'appareil de ce type, et j'adopte une technique d'étendage et de pliage du linge qui pallie avantageusement ce renoncement jusqu'à ce jour.

Céphalonie - Août 1987

Céphalonie - Août 1987

En mai, je décroche un poste de titulaire dans l'école élémentaire voisine, en classe de CP : ça m'angoisse un peu et je comprends déjà qu'il va y avoir du boulot !
En juillet, je suis recruté pour un camp d'ados en Grèce. Mon directeur est un gars qui était au lycée avec moi et que m'avait préféré Mireille en 1979 ! Le séjour se passe plutôt bien, sauf un soir où notre équipe d'animation est "en ribote" à chanter et jouer de la guitare dans le bled. Nous manquons de peu de finir au poste de police !
Avec Picolo, nous avons décidé de passer le mois d'août en Grèce à nouveau, et me voilà reparti pour un second voyage en car, profitant d'un tarif préférentiel d'un autre camp d'ados !
Après Athènes, nous optons pour les îles d'Hydra, Paros et Santorin, et je ne sais plus où donner de l'appareil photo ! Et nous finissons par Céphalonie où j'avais fait une rando en juillet, et qui se trouve entre la Grèce et l'Italie, tout près de la "mythique" Ithaque.
Bon, j'en avais un peu assez de consommer autant de fuel, je me mets en quête d'un autre logement. Je finis par trouver une petite maison de poupée très cosy à la Pyramide du Combat des Trente entre Ploermel et Josselin.
En septembre, me voilà donc instit en CP. Même si c'était moins le cas à l'époque, la pression existe. Je vais entrer dans une période où je n'aurai jamais autant travaillé. J'y retrouve Lionel, et je fais la connaissance de Martine et Marie-Claire avec lesquelles je partagerai de sacré bons moments de rigolade, mais aussi des discussions très formatrices pour le débutant que je suis.
Le sapin gigantesque qui me bouche la vue profite de la tempête du 15 octobre pour me faire un peu de lumière et épargne miraculeusement ma voiture. J'héberge un temps Lionel qui part pour deux ans d'objection de conscience dans l'asso où je fais des camps d'ados. Après ça, je vis une année scolaire de moine à travailler mes préparations de classe.

 

Le petit livre Beatles - Hervé Bourhis

Le petit livre Beatles - Hervé Bourhis

Cette année-là #26 : 1987

Lulu s'maque – Margerin
Mon père saigne l'histoire - Art Spiegelman (Maus tome 1)
Les Baleines publiques - Frank & Bom

Cette année-là #26 : 1987

Au revoir les enfants - Louis Malle
Bagdad Café - Percy Adlon
Le Grand Bleu - Luc Besson

Ce disque de Sting sera le dernier vinyle que j'aurai acheté. Le CD se démocratise et je me paye une platine en fin d'année. Tous les soirs sur France Inter, j'entends le début d'un morceau qui sert de générique à l'émission de 18h. Ce morceau aurait aussi pu être pour moi celui de "cette année-là", il s'agit de "Minuano" de Pat Metheny. J'attendrai un an avant d'emprunter le CD à la médiathèque de Vannes. J'y découvrirai "Last train home" qui deviendra un de mes morceaux préférés jusqu'à encore aujourd'hui !

Cette année-là #26 : 1987