Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

voyages

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Publié le par Narcisse

Festival photo de la Gacilly - Visions d'Orient

Festival photo de la Gacilly - Visions d'Orient

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Ce n'est même pas moi qui ai eu l'idée. Pourtant Peter Binder m'avait envoyé un mail quelques jours avant, pensant que je ne connaissais peut-être pas ce festival. En tout cas je comptais garder cette visite pour plus tard dans l'été mais bon, pourquoi pas ? Comme d'habitude, nous n'avions rien prévu pour ce long week-end et Béa avait autre chose à faire que de la musique.
Donc ce dimanche, nous voilà partis vers 13h30 et arrivés sur place à 14h50, pas un chat sur la route.

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

On se gare facilement près de l'église et je commence par mon "pèlerinage" auprès de mon hangar gacilien préféré (relire ici et ici).

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Puis nous nous dirigeons vers l'accueil pour récupérer le plan des expos. Au passage, nous nous arrêtons enfin chez ce bricoleur inspiré qu'on avait toujours boudé les fois précédentes. Erreur !

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

J'ai l'impression d'être en terrain familier, un univers entre ceux de Christian Voltz, Didier. et même Claude Ponti. Tout cela est vraiment très sympa.

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Après avoir récupéré le plan, nous commençons par admirer les premières superbes photos géantes de Maryam Firuzi. Nous verrons en tout quatre séries de femmes iraniennes. Mises en scène très léchées et très esthétiques, c'est culotté, intelligent, ça fait réfléchir.

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Maryam Firuzi - "Identités persanes"

Maryam Firuzi - "Identités persanes"

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Puis nous traversons l'Aff vers le numéro 1 sous les arbres. Les photos en noir et blanc d'Abbas ne sont pas très bien mises en valeur (à mon goût) par les moches clôtures de bois. Mais certaines sont vraiment superbes, notamment celle de cet arbre.

Abbas Attar  (1944-2018) - "L’ombre et la lumière"

Abbas Attar (1944-2018) - "L’ombre et la lumière"

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Les secteurs 2 et 3 ne me laisseront pas de grands souvenirs. Comme je l'ai déjà écrit l'an dernier, je ne nie pas la valeur de la photo documentaire militante et dénonciatrice mais ce n'est pas ce qui m'attire de prime abord.

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Nous repassons (sans nous arrêter !) devant le centre Yves Rocher et arrivons au secteur 4 devant les (également) magnifiques photos taille XXL de Fatimah Hossaini.

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Je suis littéralement hypnotisé par celle de cette femme maquillée qui fume à la portière de sa voiture.

"Burqa behind the steering wheel"

"Burqa behind the steering wheel"

Fatimah Hossaini - "Sous le voile"
"Portraits de femmes issus des différentes ethnies d’Afghanistan : Pachtounes, Tadjiks, Hazaras, Qizilbashs ou Ouzbeks, vêtues de leurs costumes traditionnels"

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Nous retraversons la rivière et "oublions" de nous diriger vers les espaces 5 à 9 ! Nous remontons vers le centre et les autres séries de Fatimah Hossaini (16).

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Les espaces 14 et 15 ne sont pas passionnants non plus. Maxime Taillez a beau être là en personne pour présenter ses "frontières", je ne suis emballé ni par ses photos ni par ses propos.

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Dans la rue Saint-Vincent, les photos en noir et blanc d'Antonin Borgeaud prises sur les îles du Golfe du Morbihan sont assez chouettes et donnent envie de les faire toutes. (Les îles !)

Antonin Borgeaud - "Les îles dans un écrin"

Antonin Borgeaud - "Les îles dans un écrin"

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Nous arrivons dans le secteur 11 dit "le garage". La première expo présente de grands noms de la photographie autour du thème de l’arbre, sous l'égide de Reporters Sans Frontières.

Reporters Sans Frontières - "Trees"

Reporters Sans Frontières - "Trees"

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Entre les photos géantes et celles plus petites, beaucoup de belles choses : olivier, arbres en flammes en Australie… J'avais eu peu avant l'idée de reprendre moi-même ma collection d'arbres après les avoir délaissés un peu trop longtemps. Loin de vouloir rivaliser avec ce niveau de qualité, je me promets de m'y atteler.

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Dans le même espace, une expo de Stephan Gladieu présente des "Homo Detritus" assez rigolos si le sujet n'était pas si grave.
"Dans la capitale de La République Démocratique du Congo (ou Congo Kinshasa), les bidonvilles croulent sous les déchets en tout genre.  Des Homo Détritus évocateurs d’un mal moderne : celui de la vanité de la surconsommation."

Stephan Gladieu - "Homo Detritus"

Stephan Gladieu - "Homo Detritus"

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

C'est la force de l'art de nous étonner et nous bousculer pour nous faire réfléchir.

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022
Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Nous passons rapidement par la venelle du Courtil Saint-Vincent (12) puis la venelle de Vaugleu pour rejoindre "la prairie" où il nous reste à voir les expos des espaces 5 à 9. Nous sommes à contre sens de la foule car il y a en effet pas mal de monde en ce dimanche, et ils ont eu raison (comme nous) : j'avais envisagé un moment de reporter la visite au lendemain matin pour disposer de plus de temps mais la pluie s'est invitée ce lundi de Pentecôte.

Gabriele Cecconi - "La terre des misérables"

Gabriele Cecconi - "La terre des misérables"

Dans l'espace 9, belle expo de Gabriele Cecconi
"Le photographe italien Gabriele Cecconi a voulu raconter les conséquences écologiques et environnementales de la crise des réfugiés Rohingyas du Myanmar (Birmanie) au Bangladesh."
Bon, c'est cafard mais avec des (petits) morceaux d'espoir aussi.

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

A l'espace 8, les seules photos qui retiennent vraiment mon attention sont celles de Gohar Dashti.
"Dans un champ de bataille fictif, je montre un couple dans son quotidien : il représente le pouvoir de la persévérance, de la détermination et de la survie." (“Today’s Life and War” - 2008)
Le petit côté "humour noir - désespéré" convient bien à mon état d'esprit habituel.

Gohar Dashti - "Fragments de mémoire"

Gohar Dashti - "Fragments de mémoire"

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Quelques belles photos de Véronique de Viguerie dans l'espace 7, pas très optimistes là non plus.

Véronique de Viguerie - "Éclats de paix"

Véronique de Viguerie - "Éclats de paix"

Shah Marai (1977-2018) & Wakil Kohsar - "Afghanistan : une histoire douloureuse"

Shah Marai (1977-2018) & Wakil Kohsar - "Afghanistan : une histoire douloureuse"

Dans les espaces 5 et 6, confrontation douloureuse entre les photos récentes d'Afghanistan réalisées par Shah Marai & Wakil Kohsar dans les années 2010 et celles de Paul Almasy qui illustrent le pays au début des années 1960. Même si ces dernières paraissent également d'actualité notamment par le dénuement dans lequel vivent ces gens, il y a une différence de taille : il y a 60 ans, les filles ne sont pas voilées et côtoient même les garçons en classe !

Paul Almasy (1906-2003) - "Voyage dans un royaume éclairé"

Paul Almasy (1906-2003) - "Voyage dans un royaume éclairé"

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Un peu groggy, nous remontons vers le parking de l'église. Les cafés sont plus que pleins, on ne boira même un coup pour aider à la digestion !
Nous finissons par l'expo des collégiens du département toujours pleins de bons sentiments. Ce n'est pas passionnant mais je retiens l'idée de je-ne-sais-plus-quel-collège d'utiliser des cadres vides pour créer un "cadre dans le cadre". Idée rebattue sans doute, mais que j'aimerais assez expérimenter moi-même.

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Vers 18h, nous repartons vers Lorient, pas le temps de pousser jusqu'à Redon cette fois, mais c'est ma faute : j'étais pourtant levé tôt ! Evidemment ça fait 240 bornes pour 3 heures de visite, à l'heure du changement climatique et de l'augmentation inéluctable du prix des carburants. Du luxe ou de la gabegie ? Sans doute, et ce festival a peut-être du mouron à se faire. C'est bien pour ce village, mais à des lieues de tout et mal (ou pas ?) desservi par les transports en commun, pourra-t-il perdurer sans alternative à la bagnole individuelle ? Position difficile à tenir pour le parti pris militant qui expose les ravage de l'Humain sur la planète : destruction des paysages et des économies par l'extraction de matières premières et la production croissante de déchets – sans parler de la misère et de la condition encore moins enviable du genre féminin.
Je lui souhaite de trouver des réponses à ses contradictions car nous avons par ici peu d'occasion de visiter de tels lieux.  

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

Tiens, le même cageot de fruits et légumes "Monna (?) Lisa" que celui que Béa m'a donné pour dessiner mes "Qu'a Jo ?".

Au Festival Photo de La Gacilly - Dimanche 5 juin 2022

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Publié le par Narcisse

street art et graffiti (2/2) : autres quartiers

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

A cette adresse, un plan qui répertorie de nombreuses fresques sur Caen.
Merci à ce fouineur anonyme !

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Une fois installés à l'hôtel près de la gare ce lundi 18 avril, nous sortons et nous dirigeons immédiatement vers ce château d'eau coloré qu'on aperçoit tout près. On ne peut pas vraiment s'en approcher mais on distingue des signatures : Oré, War…

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Nous longeons le cours Montalivet et tombons sur une superbe fresque "préhistorique" qui me rappelle les animaux que j'ai vu à Lorient récemment (relire ici et ici), mais en plus colorée. Il s'agit d'une collaboration entre Oré, lasco (?!) et Eric Lebrun. Très chouette.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Nous essayons de contourner, mais impossible de passer par là. Demi-tour pour tenter d'approcher le château d'eau entre les voies ferrées et le parking.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Beaux poissons par Oré…

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

… puis enfin le château coloré par Piotre dans ses couleurs favorites, les mêmes que celles de la fresque des Galeries Lafayette (relire l'épisode précédent) au centre. C'est gai et sûrement plus accueillant quand tu arrives par le train !

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

En revenant vers l'ouest, nous tombons sur cette belle fresque de Jeroen Erosie au 1 Avenue Pierre Mendes France. Elle a su également conquérir le cœur de ce petit ours signé Mookimax

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

… que nous rencontrerons une autre fois dans le centre pour une déclaration à une de ces "mouches-abeilles-lucioles" dont nous avions déjà vu des spécimens à Tours.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Autre lieu incontournable, "la presqu'île" coincée entre le canal, l'Orne et le port de Caen (où se trouve la médiathèque et un tout nouveau quartier flambant neuf.
La ville de Caen a fait décorer gratuitement par des artistes locaux ses blocs de béton anti-attentat en 2018 en échange de leur CV visible via un QR code. Les blocs ont ensuite été répartis dans la ville.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

(Nous verrons dans un autre secteur un de ceux peints par Tania de "Atelier Ecuyère")

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Certains sont relativement intéressants et aisés à identifier.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Ces trois là sont de Emmanuel Pertuisot

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Celui-ci d'Hubert Grimonprez

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Les autres resteront anonymes pour moi, et il y a aussi de belles choses.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Chouettes cadeaux en tout cas, et dont pourraient s'inspirer d'autres villes (dont la mienne Lorient) pour rendre un peu plus regardables ces Lego® de béton qui nous rappellent que nos vies sont fragiles.

Tiens, de la pub pour Ripolin : fournisseur de peinture ?

Tiens, de la pub pour Ripolin : fournisseur de peinture ?

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Avenue Pierre Berthelot, une représentation d’Erik Satie par Piotre et Phébé en 2017.
Quant à Corto Maltese, son regard oblique (!) me défie d'en savoir plus sur son auteur.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Notre petite balade à Ouistreham (voir épisode 1) me fera tomber sur ces deux jolis pochoirs non signés également.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Au retour, nous tournerons pendant un bon moment dans les rues de la zone industrielle coincée entre l'Orne, le canal de Caen à la mer, le port et le viaduc de Calix. Et si la moisson-graffiti fut bonne, j'ai toujours beaucoup de mal à identifier un style, et à attribuer des auteurs à tout cela.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Bon, le Peruk en question est aussi passé à Lorient, je l'ai déjà raconté ici.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Ici, ce n'est pas comme à Lorient : ce quartier du port de commerce est bouclé et quasi inaccessible (nous sommes passés malgré les panneaux qui nous l'interdisaient). Ce n'est donc que de loin que j'aurai un pauvre aperçu de cette fresque de 2shy Chaussée d'Alger

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

J'avoue ne pas avoir eu le courage de déchiffrer ce texte écrit par Apôtre sur ce hangar (abandonné ?), mais je trouve l'effet assez incroyable. Ou comment rendre beau un banal hangar de tôle.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Et ce sera donc la troisième et dernière œuvre de cet artiste que j'admirerai, avec l'envie d'en retrouver d'autres à l'avenir.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Autres belles choses croisées dans le quartier par le collectif Aero dont j'avais vu de belles choses à Rennes en août 2021 mais qui semblent ici dater un peu.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Celle-ci date de 2014 si j'en crois leur Facebook.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Bon, il y aussi du "classique"… un peu moins intéressant pour moi.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
Ça, ça me plaît bien…

Ça, ça me plaît bien…

Comme à Lorient, beaucoup de hangars à l'abandon

Comme à Lorient, beaucoup de hangars à l'abandon

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
Quelques cubes anti-intrusion (voir plus haut)

Quelques cubes anti-intrusion (voir plus haut)

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)
C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Très chouette fresque par un duo de graffeurs : Zies et Pogne alias Homegraf

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

... et belle commande des mêmes.

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

Et nous finirons par une fresque inachevée (ou en cours ?) à l'intérieur d'une cour cadenassée.
Avec l'envie de revenir un jour à Caen pour finir (et/ou recommencer !) notre tour de la ville et voir si le fouineur anonyme cité au début de cet article aura complété sa collection !

C'est Caen qu'on y va ? (3/3)

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>