Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

voyages

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Publié le par Eu e o Narcisse

Jeudi 23 juillet 2020 - Montmartre (18ème)
(relire l'épisode précedent ici)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Les photos ne sont pas présentées dans l'ordre où nous les avons faites mais plus ou moins regroupées par "famille".
Il est de toute façon bon de se perdre dans le quartier, sans s'essayer à l'exhaustivité ou en suivant un parcours préétabli : on n'est pas là pour préparer un bouquin, non plus !
Et puis Montmartre, tout le monde connaît non ?
Commençons donc par les lieux incontournables pour tout touriste qui se respecte.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

En admettant qu'on commence par en haut, la place du Tertre est un bon endroit pour se faire tirer le portrait. C'est ce qu'ont dû penser les street artists : autant être vu !
Un Invader, un De Gaule de Mister P., un Barbanar, une croix de Monsieur Plus, une pieuvre de GZUP, un sein d'Intra Larue

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Rue du Calvaire, en haut des escaliers qui redescendent vers le sud, on retrouve un peu les mêmes, et ce petit nouveau (pour nous) depuis ce matin (relire "les Batignolles") : Bastek aux côtés de Mister P. et Intra Larue (entre autres).

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Flûte ! Tout occupé à regarder cet Invader et les vides créés par l'arrachage de ce qui pouvait être un sein de Intra Larue et une croix de Monsieur Plus, je n'avais pas remarqué le petit tricot en-dessous. A part "… just give", je n'arrive pas à déchiffrer le message. Et donc impossible de savoir qui l'a réalisé et collé.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Intra Larue c'est une de mes préférées depuis 2018.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Scarabée égyptien bien tenté par Intra Larue.

Scarabée égyptien bien tenté par Intra Larue.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Je retrouve avec bonheur celui-ci découvert en 2018. Je ne résiste pas au plaisir de le prendre une nouvelle fois en photo.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

J'ai également un faible pour les collages papier, même si ils sont bien plus éphémères que le plâtre.
Si le précédent n'est pas signé, le suivant est d'une certaine Juliette B'art.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Ce qui me gêne avec les réalisations de Monsieur Plus, c'est leur forme de croix. (Qu'est-ce que je peux être intolérant, souvent !) Signe d'un catholique fervent ou plutôt installations au croisement de nos vies ?
A ses empilements de petits cubes (cristaux de pierres ?), je préfère ses peintures de rues.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Encore un meeting passage des Abesses : Monsieur Plus, un colibri anonyme, un "Ride in peace" à l'état de souvenir...
Et un "In Love" !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

In Love dont j'apprécie le noir et rouge sobre et l'élégance graphique, ainsi que les messages toujours optimistes (ça me change !)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Et la façon dont l'artiste sait se servir magnifiquement de son environnement m'épate autant que ces petites bestioles aux airs de Darksnoopy

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Les visages de Gregos, souvent croisés ici et ailleurs, à la fois semblables et toujours renouvelés, sont souvent à la pointe de l'actualité.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Second scarabée tout aussi anonyme (pour moi)

Second scarabée tout aussi anonyme (pour moi)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Oak Oak, je vous ai déjà parlé d'un bouquin de lui sur lequel j'avais flashé. Nous ne verrons cette fois rien de plus que ce triste vestige.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Petite carotte discrète sur un vestige de boîte aux lettres collée sur le mur du cimetière Montmartre.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

"Le petit moulin" resto accueillant des piafs divers et variés.

Certains ont vue sur la mer, d'autres pas

Certains ont vue sur la mer, d'autres pas

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Invader s'est quant à lui fait discret dans ce quartier en tout cas.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Tout comme Monsieur Chat de Thomas Vuille

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

… et Miss.Tic, que nous retrouverons le lendemain à la Butte aux Caille ! (Mais ça, ce ne doit pas être d'elle : elle signe toujours et ajoute une phrase de son cru.)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Après le chat de Thomas Vuille, nous découvrons un chat plus discret et bien planqué. On en avait déjà vu un ici en 2018. J'apprends dans le bouquin "Paris street art - saison 2" qu'ils sont installés par Billboards Hacker.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Après cet autre chat bien vivant, lui, il est temps de faire une pause. "L'été en pente douce" nous tend les bras au pied du Sacré-Cœur. Est-ce un hommage à Pauline Laffont, l'année de naissance du patron (1987) ou bien un coïncidence ? En tout cas, il est le bienvenu, le Botak Café, bistrot fréquenté par Crispim quand il habitait le 18ème paraît, lui définitivement fermé.
 

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Avec "L" mais plus vraiment dans le vent !

Avec "L" mais plus vraiment dans le vent !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Nous descendons ensuite jusqu'au bas de la butte.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Derrière les Halles Saint Pierre, un pigeon signé Avok.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Superbe collage d'Iléa sur le mur latéral

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Tiens, encore un petit équilibriste… Nous allons en croiser des dizaines sans que je parvienne à trouver quel acrobate a bien pu les coller !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Un Clet un peu mal en point…

Un Clet un peu mal en point…

… et une voiture de police en difficulté !

… et une voiture de police en difficulté !

L'optimisme règne…

L'optimisme règne…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Mais il est temps de parler de ce petit nouveau (pour nous) : Niyaz Nadjafov. Ce n'est pas que nous adorions ce qu'il fait, mais ses tableaux ont un petit côté romantique. Et il doit être vraiment amoureux car il fleurit tout Paris.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Encore un qui n'a rien compris au masque…

Encore un qui n'a rien compris au masque…

Petit clin d'œil à mon grognon favori

Petit clin d'œil à mon grognon favori

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Portrait de Blase, un gars dont nous avions déjà vu un des tableaux à Bruxelles en 2019.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Superbe Chet Baker par Singular Vintage

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Tout d'abord, j'ai été super fier de les avoir vus, ces six-là. Mais qui les a collés là ?
Et puis j'ai commencé à pleurer sur tout ce qui a dû échapper à mon regard !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Un dernier collage pour aujourd'hui, réalisé cette fois par le duo Tito/Mulk.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Vers 19h30, nous rentrons chez Crispim : bière et casse-croûte dans le jardin.
A peine couchée, elle ressent des douleurs similaires à ce qu'elle avait vécu à Nantes en 2017. On se voit déjà rentrer promptement comme cette fois-là. Et puis ça passe tout seul dans la nuit. Ouf ! Nous pourrons continuer demain !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (3)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Publié le par Eu e o Narcisse

Jeudi 23 juillet 2020 - Les Batignolles (17ème)
(relire le début ici)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Bon, Paris, c'est bien joli, mais on fait quoi ?
Et bien pour commencer, un des petits (grands ?) plaisirs de la vie : le petit déj dehors !
Et on commence à scruter le plan à la recherche d'une première destination.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Toujours plus affûtée que moi, elle a repéré dans un guide un quartier où nous ne sommes jamais allés et qui paraît intéressant : les Batignolles.
A part une vieille chanson de Duteil, ça ne m'évoque pas grand chose, mais pourquoi pas ?
Un petit coup de RER + métro plus tard, nous y voilà.

"La crème Eclipse éclipse tous les cirages".

"La crème Eclipse éclipse tous les cirages".

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Ces petits extra-terrestres ont vraiment envahi Paris. Difficile à savoir si c'est du Invader ou pas…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Jolies typographies

Jolies typographies

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Ce collage m'intrigue : bien que très abîmé (le street art, c'est par nature éphémère), il me semble y reconnaître une fourmi. J'apprends (en août) qu'elle a été réalisée par Ardif dont nous admirerons d'autres œuvres plus tard.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Première belle découverte de la journée, ces pin-up complètement timbrées !
C + S street art, "créateur de beauté timbré"

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Corbeau anonyme (pour moi !)

Corbeau anonyme (pour moi !)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Cet Invader nous incitait à entrer. Bon, c'est un marché quoi ! Et dans la série "on ne peut pas toujours gagner", on aurait mieux fait d'en faire le tour ! Nous découvrons au retour que des fresques le décorent, réalisées notamment par Seth dont les personnages nous avaient impressionnés en 2018. Nous le retrouverons avec bonheur à la Butte aux Cailles.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Un indien anonyme avec un petit air des personnages de Jason dans le regard.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

A côté de cet Invader, un petit personnage que nous verrons souvent sans que je puisse en trouver l'auteur.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Ah ! Un triste reste du travail du Cyklop. On en avait vu de très sympa en 2018. Cette fois, nos yeux devaient traîner ailleurs…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Nous tombons ensuite sur le nouveau quartier Clichy-Batignolles, pauvre en street art (pour l'instant !) mais riche de diversité architecturale. C'est plutôt sympa, pourvu que ça dure : je me méfie toujours de la façon dont vont vieillir les bâtiments… ("Tu t'es pas regardé !", me lance Caramel.)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

GZUP est toujours aussi présent, mais je n'en ferai pas une collection cette fois.
Et encore ce petit bonhomme…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Celui-ci aussi, j'aimerais en savoir plus. En rentrant, j'ai réussi à tomber dessus grâce à sa signature sur son carreau suivant à Montmartre : Bastek. J'aime bien le côté "bande dessinée", simple, lisible de ses petits yeux / œufs.
 

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
désherbage écologique

désherbage écologique

Un pauvre entre deux riches ?

Un pauvre entre deux riches ?

GLB ? C'est qui ?

GLB ? C'est qui ?

Même les fontaines Wallace s'adaptent à "la crise"…

Même les fontaines Wallace s'adaptent à "la crise"…

Hommage de Invader à la rue des (drôles de) dames

Hommage de Invader à la rue des (drôles de) dames

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Ces symboles de A2street art sont vraiment TRES envahissants un peu partout, et pas toujours très intéressants…

Dans le vent, mais sans ailes...

Dans le vent, mais sans ailes...

Invader fantôme : pas le binvenu ou victime d'un fan ?

Invader fantôme : pas le binvenu ou victime d'un fan ?

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Ça ressemble bien à du Clet, ça. Ce sera notre premier et sans doute le seul de ce séjour

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Une pub "à l'ancienne" par les Frères Toqué dont nous avions déjà croisé (sans le savoir) une peinture en 2018.
C'est sympa, coloré.. mais leur discours (voir Youtube) est un poil trop mystique pour moi !

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Brikx Urban Face : je suppose que l'utilisation du mot Lego® lui vaudrait quelques ennuis judiciaires de plus…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Tout d'un coup, nous tombons sur ce mur extraordinaire qui jouxte le théâtre "L'Européen" à deux pas de la place de Clichy. Des œuvres de street art côtoient des affiches des spectacles en cours. Nous y retrouvons de vieilles connaissances : Jérôme Mesnager, Jef Aérosol...
(Ecole Hourdé - école supérieure des Arts et Techniques)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

D'autres moins (de nous en tout cas !) : Jo Ber, Esper Hec, Kouka, Kashink, et les superbes animaux de Mosko et Associés.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Et tout autour sont venus rendre hommage d'autres street artists :  Invader, Ride in peace, Ardif et l'omniprésent A2.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

A l'angle de la rue des Dames et de la rue Biot, deux immenses et superbes fresques réalisées par William Mackendree, très graphiques et aux couleurs originales me plaisent beaucoup.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Une autre tête, plus connue, nous rappelle notre séjour Lillois l'an dernier. Nous retrouverons des traces du passage de Mister P. ailleurs dans Paris.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Nous n'aurons aperçu que ce seul Kirikou en train de repeindre la végétation aux couleurs de cet été caniculaire (pour certains mais sûrement pas pour nous à Lorient !), mais d'après Internet, il y en aurait une palanquée ! Je suis tombé sur le nom "jusdatlani", mais sans certitude.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Le premier "Barbapapa" rencontré : il y en aura de nombreux autres, signés A2street art. C'est un poil plus original que leur symbole…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Line Street, artiste originaire de Caen représenté par son fantôme Bou. Simple et efficace.

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Tiens, un gars de chez nous est passé par ici ? Le paysage ne m'est pourtant pas très familier. Libre interprétation, sans doute. D'ailleurs un petit malin (jaloux ?) a commenté l'œuvre… des Frères Toqué, peut-être ?

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Comptoir saudade - 27 bis rue de La Jonquière - 75017 Paris

Comptoir saudade - 27 bis rue de La Jonquière - 75017 Paris

Mais voilà-t-y pas que nous tombons par hasard sur une épicerie portugaise. On s'arrête ou on continue à chercher "Paris-Porto" qui nous avait régalés en 2018 ?

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Bon, ici aussi, la carte est attirante, nous nous installons, et nous goinfrons chacun :
. 3 pasteis de bacalhau (acras de morue)
. 2 beignets au cochon de lait
. un pastel de nata
. 1 verre de vinho verde

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

C'est délicieux, nous nous reviendrons sûrement lors d'un prochain séjour !
Nous achetons aussi des alheiras (relire la fin de l'article sur Porto ici), saucisses portugaises à base de viande volaille, de pain, d'huile d'olive, d'ail et de piment.
Malheureusement pour nous c'est Crispim qui les boulottera : on les a oubliées dans son frigo en partant…

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
mosaïque énigmatique sur le mur à côté de l'épicerie

mosaïque énigmatique sur le mur à côté de l'épicerie

Clet ou pas Clet ?

Clet ou pas Clet ?

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Nous entrons dans la Cité des Fleurs, voie privée (et gardée) : des maisons cossues, des pavés, du calme… mais pas de quoi impressionner la pellicule ! (Quelle pellicule ?!)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)

Allez, nos pieds sont en forme : on enchaîne avec Montmartre (18ème), quartier voisin.
(Mais je raconterai ça un autre jour…)

Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)
Paris en juillet par temps de Covid-19 (2)