Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

voyages

A lapa de Lisboa (12)

Publié le par Narcisse

A lapa de Lisboa (12)
A lapa de Lisboa (12)

Pichiavo - Poseidon - Calçada de Santa Apolónia - 2019

Fomos a Lisboa (12)

Publié le par Narcisse

Fomos a Lisboa (12)

Lisbonne - Graça (2/2)

Fomos a Lisboa (12)
Fomos a Lisboa (12)

Donc ce mercredi 20 juillet 2022, nous repartons à l'assaut de Graça dans sa partie est : on avait loupé trop de choses la veille ! D'un coup de métro, nous descendons du quartier Oriente jusqu'à la gare Santa Apolónia. Nous prenons tout de suite la rue du même nom.
Premier arrêt près du triptyque de Mário Belém.

Fomos a Lisboa (12)
Fomos a Lisboa (12)

Il a été créé en 2017 pour commémorer le 150e anniversaire de l'abolition de la peine de mort au Portugal.
L'œuvre est divisée en trois : d'abord un panneau décoratif portant l'année 1867, puis  l'image de la vie représentée par des fleurs, et enfin celle de la mort avec le squelette et la phrase de célébration.

Fomos a Lisboa (12)

Malgré les années, l'œuvre est restée magnifique, les couleurs très à mon goût, et le message toujours aussi fort. A montrer d'urgence à tous les partisans d'un retour en arrière et qui se prétendent "bons chrétiens" !

Fomos a Lisboa (12)

Sur le mur d'à côté, une illustration sur carreaux de faïence qui paraît un peu vieillotte, et siglée Expo'98.
"L'auteur Bela Silva a dessiné en 1999 de vieilles chaussures symbolisant l'emplacement de "Bica do Sapato" (Bout de chaussure), une ancienne usine de faïence et de tuiles."

Fomos a Lisboa (12)

Nous remontons la Calçada de Santa Apolónia avec en ligne de mire ce portrait géant de ce qui semble être un dieu grec avec le regard tourné vers le fleuve Tage. C'est imposant, impressionnant de technique : mais comment font-ils pour peindre ça avec le nez à 50 centimètres du mur ?

Fomos a Lisboa (12)

Pichiavo - Poséidon - 2019
Pichi et Avo forment ce duo d'artistes de Valence en Espagne.

Fomos a Lisboa (12)

Nous tournons dans la rua Diogo do Couto qui se prolonge en rua do Vale de Santo António. Là aussi, une grande fresque recouvre le pignon d'un immeuble dans un style naïf et très coloré.
"Kruella d'Enfer représente une ville portugaise sous les eaux à cause du changement climatique. L'artiste mêle la faune et la flore sous-marine avec des objets faisant référence à la tradition portugaise, ainsi que des points forts architecturaux."

Fomos a Lisboa (12)
Fomos a Lisboa (12)

Nous redescendons un peu la rue et tournons dans la rua Leite de Vasconcelos. Au bout de 200m, nous tombons sur un parking richement décoré.

Fomos a Lisboa (12)
Fomos a Lisboa (12)

Il s'agit des productions d'un évènement street art "Paint jam" dans le cadre de la journée de la femme organisé par @yesyoucanspray à Lisbonne le dimanche 13 mars 2022.

Fomos a Lisboa (12)
Fomos a Lisboa (12)

Natasha Silva (Et un tatoueur de plus !)
c’marie - "We are fire" -  2022

Fomos a Lisboa (12)
Fomos a Lisboa (12)
Fomos a Lisboa (12)
Fomos a Lisboa (12)

Moami31, elle aime les pandas…

Fomos a Lisboa (12)

Bona_Berlin
Thiago Goms (Lui, c'est les chats !)
Isa Neuparth

Fomos a Lisboa (12)

M M G (mafaldamg) - Amphoras
Erica Doo - "Tenha um lindo dia !!!"
("Passe une bonne journée", encore un tatoueur!)
Rosalie Buchtal / mc.rosey

Fomos a Lisboa (12)

L'appareil photo commence à chauffer (et en plus, il fait 30°) et je passe un excellent moment à voler d'un tableau à l'autre. La plupart sont d'un bon niveau, rehaussés par la couleur bleue du mur qui unifie le tout, sous un ciel à l'unisson.

Fomos a Lisboa (12)

Il y a quelques marches en haut du parking et d'autres sont venus se greffer (ou étaient là avant).

Fomos a Lisboa (12)

Etereo (Samuele Bassani)

Fomos a Lisboa (12)

"Fish World" : impossible de trouver l'auteur, dommage pour moi.

Fomos a Lisboa (12)

Quelques graffitis aussi, mais je ne sais toujours pas trop apprécier ça.

Fomos a Lisboa (12)
Fomos a Lisboa (12)

Nous remontons ensuite la rue jusqu'au bout et tournons à droite dans la rua da Senhora da Glória. Nous tombons tout de suite sur le chef d'œuvre de Vhils (Alexandre Farto) et Shepard Fairey / Obey Giant.

Fomos a Lisboa (12)

"Franck Shepard Fairey alias Obey a réalisé cette fresque en compagnie de Vhils qui utilise une technique complètement différente. Obey a peint la partie gauche du visage, et Vhils a détruit le mur pour faire la partie droite." (Sur le site Trompe l'œil)
C'est grandiose ! Voilà qui me donne encore envie d'habiter ici. (Par exemple dans l'appartement au balcon jaune !)

Fomos a Lisboa (12)
Fomos a Lisboa (12)

On reprend notre souffle et continuons dans la rue…
Au passage, au numéro 92, un gecko-sticker qui s'harmonise bien avec les beaux azulejos de l'immeuble, par Andrea Tarli.
Et notre second chef d'œuvre à moins de 100 m du premier !

Fomos a Lisboa (12)

"L’artiste portugais a récemment redirigé son travail vers la réinterprétation du langage des céramiques traditionnelles et des Azulejos portugais en particulier. … ses interventions en street art à base de dessins vectoriels ou dérivés de pochoir révèlent une impressionnante complexité et une attention extrême du détail." (Traduction d’après Miguel Moore sur le site de Add Fuel)
L'illusion est parfaite, les couleurs à tomber, et le rendu des azulejos est extraordinaire. Il y a un arrêt de bus juste à côté, et je crois que si c'était le mien, j'oublierai souvent de monter.

Fomos a Lisboa (12)

Tiens, juste à côté sur l'entrée de l'immeuble, deux abeilles amoureuses ! Par un dénommé Mister Zion. Et puis une autre bestiole en-dessous qui nous prie de sauver la planète, mais je ne déchiffre pas l'auteur.

Fomos a Lisboa (12)

Dans la même rue, encore ces zigouigouis déjà vus ailleurs dans Lisbonne. Bon, nous repartons en arrière et tournons à droite rua das Beatas.

 (Rue des béates, et pas des Beatles !)

(Rue des béates, et pas des Beatles !)

Nous remontons un peu la rue jusqu'au Beco do Peixinhos

Fomos a Lisboa (12)

A gauche, "Leonor Brilha a peint une œuvre d'art urbain monochromatique rappelant la broderie traditionnelle comme moyen d'évasion trouvé par de nombreuses femmes dans le passé. La phrase inscrite se lit comme suit : "La maison n'était rien de plus qu'une cage, et en brodant, les femmes portugaises ont tissé les toiles du silence." (voir ici)

Fomos a Lisboa (12)

Juste en-dessous, autre abeille. Nous verrons la même à Nantes en octobre !

Fomos a Lisboa (12)

Sur le côté droit, nous retrouvons le surfeur JR Lucas.

Fomos a Lisboa (12)

Nous allons jusqu'au bout du Beco do Peixinhos.  JR Lucas et son "life snake" nous préviennent : il y a un escalier, une volée de  marches qui mènent rua Josefa de Óbidos où nous attendent encore de fort jolies choses, apparemment toujours sous l'égide de yesyoucanspray, peut-être lors d'une édition précédente.

Fomos a Lisboa (12)

D'abord un peu de gribouillis…

Fomos a Lisboa (12)

… et puis à gauche, "Amor próprio" (L'amour de soi) de Ale Poiré, de facture très classique mais très esthétique aussi.

Fomos a Lisboa (12)

Ensuite première enfilade de belles choses.

Fomos a Lisboa (12)

A commencer par ce beau portrait par Mr Garpear.

(Rien trouvé sur "la Motta")

(Rien trouvé sur "la Motta")

Fomos a Lisboa (12)

Covco - "Ni una ni dos ni tres si no tres"
Et encore un tatoueur de plus.

Fomos a Lisboa (12)
Fomos a Lisboa (12)

Micaela Jarast, deuxième de la journée également

Fomos a Lisboa (12)

gargameli.wildtiger, vraiment top, ça

(pas trouvé l'auteur-trice)

(pas trouvé l'auteur-trice)

Fomos a Lisboa (12)

Pitanga, dont nous avions vu une œuvre à côté de l'hôtel.

Fomos a Lisboa (12)

Moami31 : pas de panda, cette fois.

Fomos a Lisboa (12)

Marioky (Mariella Gentile)

Fomos a Lisboa (12)

Sphiza Montanhas (Filipa Fonseca)

Un visage doux, les yeux tournés vers le ciel, vers l'avenir, un optimisme qui me plaît, moi qui en manque.

Fomos a Lisboa (12)

Mesky (pas trouvé de lien fiable)
M M G (mafaldamg)

Fomos a Lisboa (12)

Beaucoup de belles choses ici encore, donc. Dommage que les bagnoles gâchent un peu mon plaisir, bon. La rua Josefa de Óbidos tourne ensuite à gauche pour remonter vers la rua Natália Correia.

Fomos a Lisboa (12)

"Dans Graça, parmi les autres graffitis et les murs peints, il y a trois grandes fresques qui rendent hommage aux figures littéraires portugaises.
Rua Josefa de Óbidos, Eime a peint le visage de la poètesse Sophia de Mello Breyner.
Travessa do Monte, Mariana Dias Coutinho a peint les poètessses Natália Correia et Florbela Espanca."

Fomos a Lisboa (12)

"Parmi toutes les femmes qui ont marqué l'histoire du quartier da Graça, l’artiste a choisi de représenter, dans un style sobre, la poétesse qui a marqué l'enfance de la plupart des gens du quartier - y compris le sien - Sophia de Mello Breyner Andresen (1919-2004, Elle est l’une des plus importantes poétesses portugaises du XXᵉ siècle. Distinguée par le prix Camões en 1999, elle est la première Portugaise à avoir reçu le plus important prix de littérature de langue portugaise."
Ce demi-visage géant très réaliste m'a également fait beaucoup d'effet.

Fomos a Lisboa (12)

Tout en haut de la même bâtisse, revoilà le singe de Subtu

Fomos a Lisboa (12)

… et sur le mur, trois petits carreaux signés Projekt Dandelion, à l'initiative de Kasper Grubba, illustrateur, graphiste et artiste urbain qui a pour slogan "Spreading good wishes all over the world".

Fomos a Lisboa (12)

Nous tournons à droite dans la rue Natália Correia. Au loin, nous apercevons déjà " Peace Guard" de Franck Shepard Fairey alias Obey Giant…

Fomos a Lisboa (12)

.. mais nous passons d'abord devant "Tropical Fado in RGB-tones" par OzeArv. C'est beau, que dire de plus ?

Fomos a Lisboa (12)

"Le portrait d'une femme en uniforme avec un béret révolutionnaire sur sa tête et une mitrailleuse avec une fleur dans le canon." (sur le site Trompe l'œil)
Bon, là, ce n'est pas que beau : le street art oublie un peu trop souvent qu'il a aussi un autre rôle à jouer, à s'afficher ainsi dans les rues.

Fomos a Lisboa (12)

50 mètres plus loin, fresque plus innocente, dans un style naïf. Mais bon, c'est sur le mur d'une école….

Fomos a Lisboa (12)

A l'angle des rues Natália Correia et Sapadores, dans l'entrée de l'immeuble, plusieurs réalisations de Mafalda MG.
"Dans le cadre du Programa Lotes Com Vida ("programme des immeuble vivants"), les projets sont un hommage à Natália Correia, une peinture murale faisant allusion aux fêtes populaires / marches des saints (fêtes de Santo António) et aussi une représentation du tram 28."

la poètesse  Natália Correia.

la poètesse Natália Correia.

J'aime bien les thèmes et les couleurs choisies.

Fomos a Lisboa (12)
Fomos a Lisboa (12)

Nous poursuivons tout droit dans l'Avenida General Roçadas jusqu'à cette peinture assez originale avec les deux mots BEAT et DRAS ((les auteurs ?)

Fomos a Lisboa (12)

"Cette réalisation est originale et un peu indescriptible, avec ce bras qui court le long du haut du mur pour tenir un objet métallique sous le menton d’une tête d’homme. L’objet est certainement la signature de l’artiste en lettres en 3 dimensions." (sur le site Trompe l'œil)

Fomos a Lisboa (12)

Nous revenons dans la rues Natália Correia par la rua da Penha de França et passons devant le Mercado de Sapadores devant lequel nous apercevons des bidons décorés de dessins d'auteurs portugais (je distingue Pessoa et Camões) par Isa Silva (voir plus haut).
Nous enchaînons par la rua da Graça pour redescendre vers le Tage…

(Sreya reste mystérieuse)

(Sreya reste mystérieuse)

… où après cette grande balade matinale, nous irons nous restaurer Place du Commerce à la terrasse de l'excellent café-restaurant Martinho da Arcada (dont je reparlerai).

Fomos a Lisboa (12)

Un petit PZE pour la route avant de quitter ce quartier incroyable de Graça. Nina Simone nous lance un "Acabou a colônia !" énigmatique : "la colonie" (?) ou "l'eau de Cologne" (?), c'est fini ! (?)

Fomos a Lisboa (12)

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>